5 produits verts pour surfeurs

Le surf nous pousse à explorer de nouveaux pays, dormir à la belle étoile et utiliser l’eau comme source de propulsion pour créer une sensation unique. Bref, une expérience qui nous place en parfaite harmonie avec la nature. Enfin presque.

La réalité c’est que toutes les actions rattachées au surf ont un impact négatif sur l’environnement. Le gaz que tu utilises pour te rendre vers un nouveau spot, ton wetsuit fait en néoprène issu de produits pétroliers ou ta planche à base de fibre de verre: ces produits laissent tous leurs traces sur notre planète. Heureusement, certaines entreprises tentent de renverser la vapeur en s’attaquant aux problèmes qui menacent mère nature. Parmi celles-ci, cinq ont choisi une approche inspiré du surf pour développer des produits novateurs.

Par Nicholas Dion, fondateur des produits écologiques Andy +
Crédit photo couverture: Robin O’Neill

Crédit photo: Indosole

Les ÉcoFins de Five Oceans

Problème: Les bouteilles de plastique trainent dans les océans, particulièrement en Indonésie.
Solution : Créer des ecoFins de surf à partir de bouchons de plastique récupérés des îles de Bali et de Java.

Crédit photo: Five Oceans

Un jeune couple australien a lancé une fin de surf fait à partir de 100 bouchons de bouteilles de plastique recyclées. La fin est moins lourde que la majorité de ces compétiteurs et elle prouve qu’il est possible de créer un produit qui est à la fois écologique et performant. Avec le lancement, l’entreprise a créé un petit documentaire permettant de les accompagner tout au long de leur aventure, de bouchons à ailerons de surf!

Les sandales Indosole

Problème : Aucune gestion de déchets de pneus en Indonésie. Ils se retrouvent soit dans les décharges ou pire, ils sont brûlés et relâchent un cocktail de polluants dans l’atmosphère.
Solution : Récupérer les pneus et utiliser leur caoutchouc pour créer des semelles de souliers et de sandales.

1/3

Crédit photo: Indosole

2/3

Crédit photo: Indosole

3/3

Crédit photo: Indosole

Lors d’un voyage de surf à Bali en 2004, Kyle Parsons s’achète une paire de sandales faites localement à partir de pneu de moto désuet. Fasciné, il s’intéresse au gaspillage dans l’industrie des pneus. Il découvre qu’il y en a plus de 1.5 milliards abandonnés chaque année. En 2009, il fonde Indosole, une entreprise qui intercepte les pneus de motos à Bali pour les transformer en semelle de sandale et de soulier. Les sandales de Indosole sont maintenant distribuées à travers le monde et ont jusqu’à présent recyclé plus de 35 000 pneus!

Pour lire l’entrevue d’Andy+ avec Kyle, le fondateur d’Indosole, par ici.

Les skateboards de Bureo

Problème : Il est estimé qu’environ 10% du plastique retrouvé dans notre océan provient des produits reliés à la pêche commerciale.
Solution : Récupérer les filets de pêche pour les transformer en skateboard.

1/7

Le Minnow, un skateboard créé à partir de filets de pêche recyclés.

2/7

Crédit photo: Bureo

3/7

Crédit photo: Bureo

4/7

Crédit photo: Bureo

5/7

Crédit photo: Bureo

6/7

Crédit photo: Bureo

7/7

Crédit photo: Bureo

La mission de Bureo est d’empêcher le plastique de finir dans l’océan. La compagnie préfère utiliser ce plastique pour créer des produits durables tel que des skateboards et des lunettes soleil. Avant même de lancer Bureo, l’entreprise a créé Net Positiva, un organisme à but non lucratif qui installe des bacs de recyclages pour les pêcheurs au Chili. Dans les dernières années, Bureo a reçu du financement de Patagonia dans l’optique d’accélérer leur croissance.

Pour lire l’entrevue d’Andy+ avec David, le fondateur de Bureo, par ici.

Le wetsuit Yulex de Patagonia

Problème : Le processus pour créer du néoprène consomme énormément d’énergie, en plus d’être un dérivé d’une substance pétrochimique (non renouvelable et nocive pour l’environnement).
Solution : Remplacer le néoprène dans les wetsuits par un caoutchouc créé à partir de plantes.

Crédit photo: Patagonia

Patagonia n’a besoin d’aucune présentation. Cependant, cette entreprise se taille une place sur cette liste pour souligner leur nouvelle collection de wetsuits créés avec aucun néoprène. En remplaçant le néoprène avec du Yulex® Natural Rubber, ils réduisent de 80% leur émission de CO2. De plus, la plante que Patagonia transforme en caoutchouc provient d’une forêt certifiée FSC, ce qui signifie que le travail à la ferme participe à la reforestation plutôt que la déforestation de la région. En plus, à partir de l’été 2017, Patagonia rachètera votre vieux linge de la même marque pour ensuite le réparer et le revendre. Un pas de plus dans la direction de réduire le nombre de produits dont l’espérance de vie est limitée. Une première pour l’industrie du sport! 

Les planches certifiées Ecoboard Project

Problème : Les émissions de C02 et l’utilisation de ressources non renouvelables dans le procédé de fabrication font en sorte que les planches de surf ont impact environnemental énorme.
Solution : Créer une certification indépendante offerte aux manufacturiers qui contribuent au développement d’une planche moins nocive pour l’environnement.

Ecoboard Project n’est pas une entreprise, c’est une OBNL. Son objectif est d’encourager tous les producteurs de surfboards à construire une planche performante et plus écologique. Pour ce faire, elle offre des certifications aux entreprises pour publiciser leur bonne action, aide à éduquer les consommateurs et procure aux compagnies qui souhaitent construire un outil pour surfer les vagues avec un guide de ressources des meilleurs matériaux disponibles.

Firewire, Slater Designs et Channel Island sont trois des nombreuses entreprises qui ont commencé à créer des planches « eco ». Vous pouvez consulter les manufacturiers ici.