Déjouer la marée et autres conseils pour éviter le pire

Présenté par Escapade Assurances

Fraîchement débarqué à un nouveau spot, il est facile de s’emporter et de s’exciter comme une poule pas de tête à la vue des beaux rouleaux. Mais sais-tu seulement ce qu’il y a en dessous de ta nouvelle découverte? Surfer un nouveau spot sans s’informer de ses vices cachés est une erreur que l’on fait souvent, moi le premier. Une maladresse qui peut avoir des conséquences graves et vite gâcher ton voyage. Voici donc quelques conseils pratiques pour éviter le pire et profiter pleinement de ton prochain surf trip.

Crédit photo: Ben Thouard

Ne pas se prendre pour Dieu

Un de mes derniers voyages au Salvador a été ruiné pas plus de 15 minutes après mon arrivée. Pourtant, c’est un spot que j’avais surfé des centaines de fois, voir des milliers! J’étais surexcité, la marée commençait à être basse mais juste assez haute pour cacher une grosse roche bien connue dans l’inside. J’ai surfé ma première vague à fond. J’ai voulu snapper le close-out à la fin mais je suis tombé le genou direct sur la roche coupante. Résultat: j’ai passé les deux semaines suivantes à souffrir, sans pouvoir marcher et à regarder mes amis surfer. J’aurais pu éviter tout ça en prenant conscience de la marée descendante. Et aussi, en assumant que non, je ne suis pas invincible.

*Attention les images qui suivent pourraient choquer certains coeurs sensibles* 

1/2
2/2

S’informer

On l’a dit et re-dit. En arrivant à un nouveau spot, il est fortement recommandé de s’adresser aux locaux ou aux habitués pour connaître les marées, le fond de l’eau, les surprises et les particularités des riptides, ces courants de retour qui peuvent soit vous rendre la vie plus facile ou plus difficile pour nager jusqu’au large. Ce sont les surf shops qui sont les endroits de prédilection pour s’informer le mieux possible. S’il n’y en a pas, il suffit de spoter les surfeurs qui semblent les plus aguerris et d’aller leur piquer une jasette.  

Crédit photo: Sophie Lachance

Observer et comprendre la marée

Un point très important à prendre connaissance avant de s’aventurer dans l’eau est l’état de la marée. S’il n’y a pas personne pour vous conseiller, observez la marée et attendez à marée basse pour voir ce qu’il y a sous l’eau. Certains spot sont en effet trop dangereux pour être surfés à marée basse même si tout a l’air sécuritaire. D’autant plus qu’on sait que lorsqu’on heurte les récifs, c’est non seulement douloureux pour nous mais aussi pour eux!

1/3

Montañita, en Équateur. Crédit photo: Benjamin Rochette

2/3
3/3

Toutefois, les marées ne sont pas absolues puisque leur niveau peut changer d’une semaine à l’autre. C’est le cas à Montañita en Équateur où la pointe est habituellement trop dangereuse à surfer à marée basse compte tenu du fond de récifs. Pourtant, je reviens d’une semaine où j’ai surfé le spot à marée basse parce qu’elle était neutre, et parfois même au dessus du niveau moyen de la mer (Marée haute à +1.93m et basse à +0.09m).

Le niveau maximal et minimal des marées peut changer tant au cours d’une journée que d’une plus longue période. La fois où je retournerai à Montañita, il y a un risque que je me dise que je peux surfer à marée basse sans problème compte tenu de ma dernière expérience à cet endroit. Toutefois, je devrai prendre en considération que la marée basse peut être beaucoup plus basse que la dernière fois. Certains surf spots enregistrent une différence pouvant aller jusqu’à 3 mètres, ce qui signifie qu’il pourrait y avoir beaucoup moins d’eau que lors du dernier voyage… rendant les récifs beaucoup plus près de la surface de l’eau!

Crédit photo: Sean Davey

Communiquer!

Il m’est arrivé une fois de manquer de communication envoyant par le fait même mes amis à l’abattoir. Le vice caché d’un spot que l’on était tous allé surfer, c’était son entrée à l’eau. À marée moyenne, l’entrée se faisait sur du beau sable mais quand la marée baissait, de grosses roches devenaient exposées et la sortie se faisait alors sur un champs de mine… de lames de rasoirs.

Nous étions donc entrés à l’eau sans problème, juste avant le coucher de soleil. Nous avons eu une belle session de feu où tout le monde tripait, après quoi le noir a commencé à s’installer. Les gars sont tous partis un par un en prenant des vagues qui les ramenaient tout droit au bord… vers les roches… et vite! Il faisait noir et personne ne voyait les rochers acérés arriver. Un vrai carnage! J’ai réalisé en revenant au bord que je n’avais avertis personne de ne pas sortir par là. Beaucoup de coupures mais heureusement, personne n’a été gravement blessé.

Le surf est un sport merveilleux mais il ne faut pas le prendre à la légère surtout s’il est pratiqué en terrain inconnu. Restez prudents, informez-vous, prenez conscience des conditions changeantes et respectez l’océan. Avant tout, armez-vous d’une bonne assurance voyage pour vous garantir de la meilleure expérience! Surf’s up!