Kooks and Hurricanes en Nouvelle Angleterre

Le Maine

Photos André-Olivier Lyra

On revient en force avec notre série vintage Kooks And Hurricanes. On y expose le phénomène des surfeurs québécois qui migrent vers les surf spots à proximité de la province lorsqu’un swell ou un ouragan se pointe le bout du nez ! Dans ce premier épisode, on strap les planches de surf sur le toit et on s’offre le roadtrip classique. L’hiver est à peine terminé que les gars resortent wetsuits, gants et booties pour affronter les eaux encore glaciales du Maine et du New Hampshire.

KOOKS_MAINE_ARRIVAL

Un projet de tous les instants

Pour nous, ça commence rarement dans un beau « Surf Shack » au bord de la mer. L’aventure prend plutôt forme à Montréal quand une notification sur notre iPhone, nous prévient qu’un swell va frapper fort dans les prochains jours. Si les prévisions se confirment, on s’organise un petit road trip à l’improviste! Malgré les outils à notre disposition pour s’informer des conditions, il y a toujours un risque de se pointer là-bas pour rien. On ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre.

Après 6 heures de route et quelques pépins avec les agents de douanes, ça fait du bien de retrouver l’odeur de l’eau saline. Le réconfort laisse rapidement place au questionnement…
Après 6 heures de route et quelques pépins avec les agents de douanes, ça fait du bien de retrouver l’odeur de l’eau saline. Le réconfort laisse rapidement place au questionnement…

#SurfSpot

On trouve sur la Côte Est américaine des surf spots de toutes sortes, autant des beach breaks parfaits pour les débutants que des point breaks plus intenses pour les surfeurs avancés. Il faut bien comprendre les subtilités de chaque spot pour être en mesure de choisir où surfer. Quand vous nous voyez regarder l’horizon un café entre les mains, ce n’est pas seulement pour faire beau à la caméra, on analyse notre terrain de jeu. La force des vents, la direction des swells, la période entre les vagues… tout cela influence notre décision finale.

1/6
2/6
3/6
4/6
5/6
6/6

#Wetsuit

Le néoprène amène une tout autre dimension au surf. Juste enfiler un wetsuit demande de l’énergie! Avec 5 mm d’épaisseur de plus sur la peau, chaque mouvement de nage demande plus d’effort. Les duck dives sont épuisants et lorsqu’on sort du bouillon, un bon brain freeze nous rappelle que l’eau n’est pas froide, mais frette ! Le surf nordique demande un minimum de forme physique et quand on ne l’est pas, ça paraît.

Après la session, on est vidé, on a froid. Mais rien n’est aussi satisfaisant que la sensation d’une vague qui nous transporte. Même si ce n’est que pour quelques heures, tout ce trouble en vaut la peine! C’est à ce moment précis qu’on est convaincu que pour nous le surf c’est plus qu’un sport, c’est une passion.