Où t’envoler pour ton surf trip cet été?

Déjà les bancs de neige disparaissent à vue d’oeil dans la métropole, ce qui signifie que l’été est à nos portes! Avec lui, les vacances qui seront l’occasion idéale pour t’envoler là où les vagues abondent. Ce n’est pas qu’on veuille bouder la côte Est américaine, mais une virée dans ses eaux se fait facilement en un week-end. Alors on t’as déniché quelques idées où passer les vacances, là où ça pompe en période estivale, loin de la saison des pluies qui s’abat sur l’Amérique Centrale.

Crédit photo couverture: Ondé Nast Travellers

Crédit photo: Zak Noyle

South Shore d’Oahu, Hawaii

Puisque le swell provient de tous les côtés du Pacifique, le surf sur l’île d’Oahu est très constant. On entend surtout parler du North Shore, là où plusieurs Américains se rassemblent l’hiver pour chasser le «endless summer» et assister au Pipeline Master et le Vans World Cup of Surfing. Si les immenses vagues du North Shore deviennent un lieu d’attraction le temps d’une saison, c’est vers le South Shore qu’il faut se diriger en été.

D’avril à octobre, le swell provenant du sud du Pacifique voyage de longues distances avec une longue période (14 à 22 secondes). Les vagues deviennent alors puissantes lorsqu’elles atteignent le rivage du sud de l’île. De Makaha Point à Kailua Bay, les conditions de surf y sont plus clémentes et “user-friendly” qu’au nord, considéré plus à risque et sauvage. La variété de vagues plaira à tous les niveaux et tous les styles. Lorsque le vent du nord est calme, Toes fera le bonheur des longboarders alors que la gauche constante de Coves plaira aux shortboarders, pour ne nommer que ceux-là.

  • S’y rendre: L’aéroport international d’Honolulu étant situé tout près de nombreux spots de surf, la logistique s’en trouve d’autant plus facilitée.   
  • Température moyenne de l’eau: 77-80°F, pas de wetsuit requis.
  • Hauteur moyenne des vagues: 2-8 pieds
  • Conseils: Les plages d’Honolulu et de Waikiki peuvent vite devenir surpeuplées. Mieux vaut louer une voiture et se diriger en dehors de la ville très urbanisée pour trouver plus d’authenticité.

Crédit photo: Raintree Club Regina, Los Cabos

Los Cabos, Mexique

Tout au sud de la péninsule de Baja, Los Cabos est exposé de mai à octobre à un bon swell du sud, créé par les tempêtes tropicales communément appelées chubascos. Puisque la période estivale correspond à la saison basse tout en profitant d’un climat chaud et sec, c’est le moment idéal pour les surfeurs d’y mettre le cap! On évite toutefois d’y aller à la fin août-septembre puisque les chubascos apportent leur lot de pluies. Gare aussi aux méduses et au localisme qui veut devenir assez intense aux environs de Monuments et Zippers. Pour éviter les foules, mieux vaut se déplacer à environ une heure vers le nord, à Pescadero, où l’on retrouve plusieurs surf condos et sites de camping.

  • S’y rendre: Aucun vol n’assure de liaison directe vers l’aéroport de Los Cabos à partir de Montréal. Il faut compter un minimum d’une escale, souvent à Mexico City.
  • Température moyenne de l’eau: 77-82°F, pas de wetsuit requis.
  • Hauteur moyenne des vagues: 3-5 pieds
  • Conseils: Les routes sont cahoteuses, un 4×4 est donc recommandé. Il est conseillé d’être préparé à toute éventualité et avoir le nécessaire sur la route puisque les stations d’essence peuvent souvent être éloignées les unes des autres. Surtout dans ce coin de pays pas tout à fait reconnu pour sa sécurité légendaire à la tombée de la nuit
Crédit photo: The Surf Travel Company

Afrique du Sud

Ah l’Afrique du sud! Ses looongues vagues de classe mondiale près desquelles s’érigent de hautes montagnes qui contribuent à l’unicité du décor… C’est d’avril à septembre que la côte sud-africaine reçoit un swell constant dû aux «quarantièmes rugissants» (roaring forties), ces forts vents que l’on retrouve dans l’hémisphère sud se déplaçant vers l’ouest. Que ce soit dans la région de Cape Town, St-Francis ou Durban, on retrouve une foule de spots de qualité. Certains sont toutefois occupés par des compétitions tel que le J-Bay Open. Vaut mieux donc faire quelques recherches avant de réserver son séjour près d’un spot où il sera impossible de surfer dû à ce facteur! Parmi ces trois régions, Cape Town est celle qui reçoit en été le plus de pluies, où le vent y est le plus frais et où les vagues peuvent devenir plus messy. Les paris sont plus sûrs à l’est.

  • S’y rendre: Tout dépendant de l’itinéraire envisagé, il est possible d’atterrir soit à l’aéroport international du Cap, de Port Elizabeth ou bien de Durban, souvent après un escale à Johannesburg.
  • Température moyenne de l’eau: 59-74°F, tout dépendant des spots. Quand tu prépareras tes bagages, gardes-toi de la place pour ton wetsuit et une petite laine puisque les saisons sont inversées. Si c’est l’été ici, ce sera l’hiver là-bas, avec des températures oscillant entre 7 et 20°C.
  • Hauteur moyenne des vagues: 4-6 pieds, mais pouvant parfois atteindre 15 pieds!
  • Conseils: Compte tenu du long trajet d’avion et du coût élevé du billet, mieux vaut avoir un minimum de 2-3 semaines à sa disposition pour pouvoir pleinement profiter de ce que l’Afrique du Sud a à offrir. Aucun besoin de visa pour les visites en deçà de 3 mois.
Crédit photo: Daniel Pullen

Cape Hatteras, Caroline du Nord

Voilà une destination qui ne requiert pas de prendre l’avion et qui plaira aux tripeux de road trips. Le bras de mer que représente les Outer Banks reçoit des vents d’une grande constance à longueur d’année, ce qui en fait une destination prisée des kitesurfeurs. À la fin de l’été, à partir d’août, le swell se pointe le bout du nez près de ses beachbreaks, mais surtout près des quais de Kitty Hawk, Avalon, Nags Head et Jeanettes (impossible d’y surfer à moins de 60 mètres toutefois selon la réglementation). Somme toute, Cape Hatteras et ses environs représente une destination idéale pour les groupes, que ce soit entre amis ou avec la famille.    

  • S’y rendre: Compte minimum 15 heures de route depuis Montréal.
  • Température moyenne de l’eau: 68-77°F. L’Atlantique reste froid même en été et c’est pourquoi on apporte son wetsuit.
  • Hauteur moyenne des vagues: 2-5 pieds.
  • Conseils: Si le surf trip implique un grand nombre de personnes, la location de maison sur pilotis est l’idéal d’un point de vue économies et en plus, c’est beaucoup plus agréable qu’un hôtel.
Crédit photo: Benjamin Rochette

Indonésie

Bien que ce soit la saison touristique, l’été est définitivement le meilleur moment pour visiter l’Indonésie. Non seulement les swells y sont plus constants et puissants, mais on évite de la sorte la saison des pluies. De très nombreuses options s’offrent aux surfeurs tant au niveau des spots de surf que des îles: Bali, Nusa Lembongan, Lombok, Sumbawa, Java, Mentawai pour ne nommer que celles-là, sont toutes de bonnes options. Tout dépend des intérêts recherchés, du niveau de surf et du temps à disposition. Puisque Bali est devenu un important pôle touristique et le lieu de prédilection des Australiens qui fuient leur hiver, d’avril à novembre environ, il ne faut pas s’étonner du nombre de surfeurs à l’eau surtout sur la péninsule de Bukit.

Un coup d’oeil à nos guides de voyage te donneront de plus amples informations sur Bali & Lombok et Sumbawa, Java & Mentawai.

  • S’y rendre: Aéroport de Jakarta pour Java, et aéroport de Denpasar pour Bali. Le traversier, la moto et le taxi seront des pièces du casse-tête auquel tu joueras pendant tout ton voyage! Consulte notre dossier pour gagner la partie.  
  • Température moyenne de l’eau: 81-82°C
  • Hauteur moyenne des vagues: 5-8 pieds, mais tout dépend des spots.
  • Conseils: Si un séjour de plus de 30 jours est prévu, il faut se procurer un visa donnant la possibilité de rester un 30 jours supplémentaire pour environ 60$. Une autre option consiste à sortir du pays pendant 24h. Certains préfèrent profiter de cette loi pour visiter Singapour en achetant un aller-retour qui souvent, ne coûte pas plus de 100$ (boardbag exclus).