Entrevue avec le photographe Ben Thouard.

TEAHUPOO BIG WAVE MAY 2013

Les photographes ont un travail hyper important dans le surf: faire vivre aux moins chanceux (nous) ce que les plus chanceux (les surfeurs) vivent, et surtout, nous faire rêver! Nous avons donc décidé de vous présenter un photographe ou vidéographe par mois pour apprendre à connaître un peu plus ces magiciens de l’image. Venez donc rencontrer Ben Thouard, notre photographe du mois de janvier:

© Ben Thouard / Sea&Co
© Ben Thouard / Sea&Co

 

Salut Ben! Tout d’abord, merci de nous accorder cette entrevue. Pourrais-tu te présenter rapidement?

Je suis Ben Thouard, 27 ans, photographe de sport de glisse , installé en Polynésie française depuis plus de 5 ans.
 Je shoote essentiellement du surf, SUP, windsurf, Kitesurf mais réalise également de nombreuses photos aériennes à bord de mon paramoteur ainsi que des images de plongée en bouteille.
Tout ce qui touche à l’eau me passionne !

Tu es tout de même assez jeune, depuis combien de temps fais-tu de la photo?

Je fais de la photo depuis l’âge de 15 ans et j ai fait mes premières parutions à 18 ans .
 À 19 ans , j ‘ai fait mon premier voyage à Maui (Hawaii) ce qui a marqué le début de ma carrière. Et a 22 ans je m’installais à Tahiti.

TEAHUPOO BIG WAVE MAY 2013
TEAHUPOO BIG WAVE MAY 2013

Tu es maintenant établi à Tahiti, comment en es-tu arrivé là? Les eaux françaises n’étaient pas assez turquoise à ton goût?

Tout a commencé à Hawaii! 
J’y allais 2 fois par an pour shooter du windsurf à Maui.
J’ai fait la rencontre de nombreux riders notamment Baptiste Gossein, Manu Bouvet et Carine Camboulives avec qui j’ai ensuite voyagé un peu partout .
Un jour Baptiste m’a emmené à Tahiti pour un trip d’un mois. 
Un an plus tard, on s’y installait!
 J’ai fait mes premières images en France mais c’est vrai qu’en tant que photographe aquatique, Tahiti est une base exceptionnelle!
 Une fois qu’on a gouté aux destinations tropicales, on en veut toujours plus, c’est comme une drogue. Tahiti me rassasie chaque jour!

 

© Ben Thouard :  - www.benthouard.com
© Ben Thouard : – www.benthouard.com

 

Tu fais un peu de tout comme photo : le surf bien sûr, mais aussi du paysage, de la voile, du kite, du windsurf et aussi de la photographie sous-marine. As-tu une préférence?

Ce qui m’a toujours passionné depuis mon enfance, c’est le surf!
 C’est un sport simple (un maillot et une planche de surf) et unique!
 La beauté des vagues me fascine, c’est une oeuvre d’art à part entière, je pourrais passer des heures ou même des jours à photographier des vagues vierges. 
Mais je me suis intéressé à beaucoup d’autres choses depuis! 
J’adore être dans l’eau, donc tous les sports de glisse aquatiques m’attirent. 
Puis Tahiti m’a fait découvrir des nouveaux atouts comme le monde sous-marin ou le monde vu du ciel!

© Ben Thouard / Carines Camboulives (FRA) windsurf au dessus des requins de lagon a Moorea, Polynésie Française
© Ben Thouard / Carines Camboulives (FRA) windsurf au dessus des requins de lagon a Moorea, Polynésie Française

 

Fais-tu de ces sports? Crois-tu que les photographes qui pratiquent eux même le sport qu’ils photographient ont un gros avantage sur les autres? Pourquoi?

Oui je fais du surf et du windsurf depuis que je suis tout petit!
 C’est une éternelle passion.
 À cause du boulot, je le pratique beaucoup moins qu’avant, mais cela reste une raison de vivre pour moi. 
C’est sûr que pratiquer le surf pour le photographier aide! 
Notamment quand on se retrouve dans l’eau à la nage pour photographier les surfeurs, 
il faut comprendre les vagues, les surfer et leur trajectoire.

 

Est-ce que tu shoote souvent avec les mêmes personnes? Qui sont tes riders favoris avec qui travailler?

Oui, j’aime travailler avec des gens que je connais, ça aide à faire des images uniques. 
J’ai beaucoup travaillé avec Baptiste Gossein, Manu Bouvet et Carine Camboulives que je connais depuis Hawaii. Aujourd’hui à Tahiti je shoote beaucoup avec Michel Bourez ou encore Raimana Van Bastolaer sans qui je ne pourrais pas faire toutes ces images. 
C’est comme un travail d’équipe!

 

NUKU HIVA / MARQUESAS ISLANDS 2012
NUKU HIVA / MARQUESAS ISLANDS 2012

Quel est l’endroit où tu rêverais d’aller shooter? Et avec qui? Pourquoi?

C’est une dure question! 
En tant que photographe de surf, il y a toujours des destinations où l’on rêve d’aller! 
C’est comme une quête sans fin… 
J’aime découvrir des nouveaux spots où personne n’est jamais allé avant! 
J’aime voyager avec des surfeurs comme Michel Bourez car ils ont un style unique et un tel niveau qu’ils peuvent surfer n’importe quelles vagues. 
Je ne suis jamais allé dans les pays froids comme en Alaska, Iceland, Patagonie mais c’est quelque chose qui m’attire! J’espère pouvoir le faire un jour .

© Ben Thouard :  - www.benthouard.com

Qu’est-ce qui serait pour toi une session parfaite?

La session parfaite pour moi, c’est avant tout une session tout seul sur un spot désert. 
Je préfère me retrouver seul sur un spot inconnu avec des conditions moyennes que sur un spot rempli de surfeurs avec des conditions exceptionnelles…
 Je dis sans doute ça parce que j’habite à Teahupoo et que je suis comblé avec des conditions magnifiques… mais j’aime ramener des images d’un nouveau spot! 
Si en plus, les conditions sont parfaites, c’est la session parfaite!

TUAMOTU JULY 2011, Tahiti / French Polynesia
TUAMOTU JULY 2011, Tahiti / French Polynesia

 

Lorsque tu es à l’eau, avec les riders, y a-t-il des risques? T’es tu déjà retrouvé dans des situations difficiles?

Oui il y a toujours de risques, il faut être en bonne condition physique et avoir de l’expérience. 
Il faut savoir lire la vague pour savoir où elle va casser, où le surfeur va passer et ne pas le gêner … à l’eau on utilise souvent des très grands angles du type fish eye et donc on se retrouve a quelques mètres voir centimètres du surfer qui passe à toute vitesse dans le tube et qui n’a pas beaucoup de marge de manoeuvre.
 Il faut que tout soit parfait pour avoir LA photo « parfait ».

Ça m’est déjà arrivé de me retrouver à Teahupoo à l’intérieur alors qu’on set de 10 pieds rentrait sur le spot … c’était en fin d’après-midi en swell montant, le lendemain c’était une session tow-in. J’ai bouffé le set en pleine face car j’étais trop dedans et me suis retrouvé dans le lagon après voir perdu mes palmes et mon caisson , merci à mon leash !

BIGGEST SWELL ever, Teahupoo, Tahiti, august 27, 2011
BIGGEST SWELL ever, Teahupoo, Tahiti, august 27, 2011

Quel est ton « set-up » favori? (caméra, lentilles etc)

J’adore shooter au fish-eye dans l’eau! 
J’utilise un Canon EOS 1DX avec le fish eye 8-15mm dans un caisson AQUATECH! 
J’adore shooter dans l’eau d’une manière générale, 
Aquatech m’aide et me soutient et m’offre la possibilité de créer ces images uniques.

Si tu pouvais garder une seule caméra et une seule lentille pour le reste de tes jours, ce serait quoi?

MMMM… difficile… sans doute un boitier Canon comme le 1DX et un 50 mm F: 1,2. 
C’est assez polyvalent pour shooter du lifestyle, du surf dans l’eau … mais je serai triste de ne plus pouvoir m’approcher du tube!

 

TUAMOTU JULY 2011, Tahiti / French Polynesia
TUAMOTU JULY 2011, Tahiti / French Polynesia

Peux-tu nous raconter ton meilleur souvenir de shoot en surf?

Je pense que mon meilleur souvenir de shoot est quand j’ai réussi à voler en paramoteur (parapente à moteur) à Tuamotu au dessus d’un atoll presque désert et de sa passe qui offrait un spot unique avec des conditions plus qu’exceptionnelles! Rarissime même. 
Tout l’océan était un grand miroir… pas un souffle d’air. 
Je me suis retrouvé en vol au-dessus du spot avec mon ami Manu Bouvet qui prenait des vagues en SUP sous mes pieds. 
J’ai réalisé des clichés uniques que j’ai vendu partout au tour du monde!  
J’avais même une image sélectionnée au Red Bull Illume qui malheureusement n’a pas gagné en finale.

TUAMOTU JULY 2011, Tahiti / French Polynesia
TUAMOTU JULY 2011, Tahiti / French Polynesia

Qu’est-ce qui te fait le plus « tripper » dans la photo (qu’est-ce que tu aimes le plus)?

Ramener des images qui marquent ! 
Des images uniques, soit par son angle de vue, soit par sa destination… du jamais vu!
 C’est mon but premier en tant que photographe.

© Ben Thouard :  - www.benthouard.com

Que penses-tu de la tendance de la photographie à se « démocratiser » ? Je pense ici surtout aux GoPro et à l’accessibilité des caméras DSLR. On voit beaucoup de gens qui se prennent pour des photographes, est-ce que ça rend les choses plus difficiles pour toi? Est-ce que c’est un phénomène qui t’affecte d’une manière ou d’une autre?

C’est sur que la photo a connu un succès énorme ces dernières années , notamment grâce au matériel qui a évolué, mais aussi grâce à la création des réseaux sociaux! En effet aujourd’hui avec une GoPro et une page Facebook on peut communiquer et atteindre des milliers de personnes et quelques clics et à budget quasi zéro. Aujourd’hui beaucoup de gens font de la photo, certains dans un but professionnel, d’autres pour le plaisir! Ce qui est certain c’est que beaucoup de monde veulent devenir photographe, ce qui nous rend la tâche encore plus difficile! Il faut réussir a se démarquer de cette masse si on veut percer et diffuser nos images ! Il faut amener une image que les autres n’ont pas ! Il n’y a plus de place pour des images moyennes ou de second choix ! Car sinon on tombe dans la quantité immense des photos web banales.

L’autre point difficile à gérer est la compétitivité avec les autres photographes! La concurrence entre photographe pro n’est pas un problème, elle a toujours existé et elle peut être un point positif pour nous motiver à faire mieux et différent! Mais la compétitivité avec d’autres photographes amateurs faisant de bonnes photos, elle, est très nocive pour notre travail ! En effet il arrive que certains se retrouvent à vendre leur images pour des marques à des prix dérisoires ou à les donner à la presse ou au web … sans savoir que ça tue notre travail!

Mettez-vous à la place d’une marque , vous avez le choix entre une image top qualité à un prix conséquent ou une image plus classique mais tout de même correcte (car certains amateurs sont de bons photographes) et 4 fois moins cher! Bien souvent aujourd’hui, le prix l’emporte ! Ça, c’est difficile à gérer !

Aujourd’hui la photo s’est démocratisée et intéresse énormément de personnes,  ce qui devient très valorisant lorsqu’on arrive à percer et à se placer au dessus parmi les meilleurs! C’est ce que j’essaie de faire en permanence.

Je pense qu’il y a du bon et du mauvais. Le fait qu’aujourd’hui, on subit toujours les effets négatifs de la crise, la presse va mal et le web ne paie pas encore assez… tout est en plein changement … Il faudra encore attendre quelques années pour qu’on puisse trouver de nouveau un équilibre!

 

© Ben Thouard :  - www.benthouard.com
© Ben Thouard : – www.benthouard.com

Un gros merci à Ben Thouard pour nous avoir accordé cette belle entrevue, et n’hésitez pas à le suivre sur les médias sociaux pour voir de super belles images dans votre fil d’actualité!

Vous en voulez plus? Voici ses meilleures images de 2013: Ben Thouard Photography / Slideshow 2013

Voici les liens où vous pouvez voir le travail de notre photographe du mois de janvier, Ben Thouard:

www.benthouard.com

https://www.facebook.com/Ben.Thouard.Photography

http://instagram.com/benthouard

Sa boutique photo en ligne :

http://www.benthouard.com/ONLINE-STORE,170,7,en,fp1.html

Dominique Granger