Le Cigarette Surfboard: faire passer un message avec des vieux botches

Transformer 10 000 mégôts de cigarette en planche de surf pour faire passer un message. C’est le défi que s’est donné Taylor Lane lorsqu’il s’est lancé  dans  la conception de son fameux Cigarette Surfboard. Son objectif ? Inspirer, éduquer et partager des solutions créatives pour nous encourager à nous attaquer à la pollution des océans. 

Dans le cadre du concours international Creators & Innovators Upcycle Contest organisé par la société de surf Vissla, le designer industriel Taylor Lane et le cinéaste Ben Judkins ont vu une opportunité d’aborder une problématique majeure que, en tant que surfeurs, nous rencontrons quotidiennement: la pollution des plages et des océans. Le but de ce concours était de transformer un déchet en un objet qui puisse être utilisé dans l’eau.

Les concepteurs se sont d’abord questionnés sur les types de débris qu’il était possible de récupérer. Comment faire une déclaration alarmante sur la santé des océans, tout en capturant le cœur et l’esprit des surfeurs, des environnementalistes et des citoyens? C’est là qu’est née l’idée d’utiliser des mégots de cigarette pour fabriquer une planche de surf.

Pas besoin d’aller très loin pour trouver des mégôts de cigarette sur la plage. En collaboration avec Surfrider Foundation et Save Our Shores, des collectes de nettoyage ont été organisées en Californie l’été dernier. Ils en ont recueilli des milliers en peu de temps.

Des milliards de mégots jetés chaque année

Tout le monde sait que fumer tue. Mais on oublie souvent à quel point fumer pollue. Chaque année, plus de 4 300 milliards de mégots sont jetés sur la planète, soit près de 137 000 par seconde. Cela représente plus de 175 000 tonnes de vieux « botches »! Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les mégôts de cigarette constituent le type de déchet le plus répandu à travers le monde, en plus d’être l’item le plus fréquemment ramassé sur les plages et près des cours d’eau. On en a retrouvé jusque dans l’Arctique!

Chaque mégot contient près de 7 000 substances chimiques – arsenic, plomb, nicotine et compagnie – dont la plupart sont écotoxiques et cancérigènes. À lui seul, un mégot peut polluer plus de 500 litres d’eau! Des chiffres alarmants, d’autant plus que la majorité des stations d’épuration ont du mal à traiter ces substances, qui retournent ensuite en circulation. Faits de plastique, les filtres qu’ils contiennent ne se décomposent jamais complètement et représentent une menace toxique pour nous, l’environnement et la faune. De nombreux oiseaux, poissons et mammifères prennent les mégots pour de la nourriture, en raison de leur taille similaire à de petits poissons. Lorsqu’ils avalent ces morceaux de plastiques, les conséquences sont tragiques.

Compte tenu de leur taille, ces déchets sont souvent considérés comme anodins et génèrent une moins grande culpabilité lorsqu’ils sont jetés au sol. Cependant, ce n’est pas un geste sans conséquence. Emporté par le vent ou la pluie dans les égouts, puis dans les rivières, les mégôts se retrouvent souvent dans les océans. Un petit geste que des millions de fumeurs reproduisent plusieurs fois par jour sans même y penser.

cigarette butts on the beach

À la base, la conception d’une planche de surf n’est pas non plus très écologique. La résine utilisée provient majoritairement de l’industrie pétrolière et les foams sont faits en polyuréthane ou en polystyrène, deux produits connus pour leurs impacts négatifs sur l’environnement. C’est pourquoi Taylor Lane a cherché à réduire l’empreinte écologique de son Cigarette Surfboard au maximum. Il a donc travaillé principalement à partir de matériaux recyclés, notamment des retailles de fibre de verre provenant de différents magasins de surf, le foam en polystyrène récupéré des poissonneries et la résine à base de soja de l’entreprise Entropy Resins.

Le Cigarette Surfboard servira d’outil pour sensibiliser les individus, les communautés, les organisations et les industries à l’importance de protéger les océans et aux solutions novatrices qui peuvent être mises de l’avant. Grâce à une campagne de financement sur la plateforme Indiegogo, ils ont amassé plus de US$20 000 pour tourner un documentaire sur le projet. Les concepteurs planifient une tournée qui leur permettra de connecter avec de nombreux surfeurs de renommée internationale qui testeront une variété de planches de surf en cigarette.

Comme quoi avec un peu d’imagination et beaucoup de bonne volonté, même un vieux botche peut se transformer en quelque chose d’utile!