Histoires de plage 7 : « AWAILLE PADDLE » avec Sacha Roy

La série Histoires de plage est une collaboration entre Reef Canada et OuiSurf. Nous avons décidé d’investiguer afin de découvrir comment les gens, partout, font de la plage. Notre mission ? T’encourager à profiter au maximum du plaisir et de la liberté qu’elle procure, à ta façon. Dans les prochains mois, nous te partagerons ici les histoires de plage les plus inspirantes que nous aurons trouvées. Nous sommes déjà presque à la fin de l’année. On a entendu les histoires de pro surfeurs, de grands voyageurs, de nomades entrepreneurs et de personnes dédiées à réchapper l’océan et l’environnement. Ce mois-ci, on s’est dit que ça serait intéressant d’entendre les anecdotes d’un caméraman. Question d’avoir un peu de « behind the scenes », on vous présente Sacha Roy.

Histoires de plage avec Sacha Roy


Nom: Sacha Roy
Ville: Wakefield
Occupation: Gars des vues



Qu’est-ce que l’expression « Beach Freely » veut dire pour toi?

C’est avoir la paix. C’est être capable de laisser aller mon imagination pour alimenter mes rêves et mes projets de vie. La plage est pas mal le seul endroit où je suis capable de prendre un vrai deux minutes pour relaxer, que je sois en train de filmer du surf ou non.

Où est située ta plage préférée ? Explique pourquoi?

Ma plage préférée est située tout près de chez moi, à Wakefield. C’est un banc de sable que la carrière du Great Canadian Bungee déverse dans la rivière. Un cool spot prisé par les amateurs de pontons ou de paddle board. On s’entend que la rivière ce n’est pas l’océan, mais reste que la plage est à 5 minutes de chez moi.

Quelle est ton activité favorite à faire quand tu es à la plage ?

J’aimerais bien répondre le Rummy, mais c’est rare que j’ai le temps de jouer aux cartes. Quand je « Beach, » la plupart du temps c’est pour filmer, alors on va dire que mon activité favorite c’est de filmer des surfeurs.

C’est quoi le plus long « roadtrip » que tu as fait pour te rendre à la plage ?

Quand j’avais 18 ans, mon ami Guilbo rêvait d’aller à la plage, donc on est parti sur le pouce vers l’Ouest canadien en espérant se rendre jusqu’à Tofino. Deux semaines et demie plus tard, on est abouti dans la vallée de l’Okanagan (l’endroit d’ailleurs où notre périple s’est terminé). L’intention était là, mais bon on ne s’est jamais rendu à destination. Avoir su, je lui aurais proposé d’aller dans le Maine.

Comment est-ce que l’esprit de la plage influence ton état d’âme, même après l’avoir quitté ?

Je quitte toujours la plage avec un brin de nostalgie, je ne sais pas pourquoi, mais chaque fois que je pars de la plage je suis comme triste. Par contre, je suis content d’y avoir passé du temps, mais je suis triste parce que je m’y sentais bien. Pas que je me sens pas bien en général dans la vie, mais juste qu’à la plage c’est un sentiment de bonheur qui ne s’explique tout simplement pas.

Partage avec nous ton histoire de plage la plus fofolle.

Une fois, j’étais avec Ben, le gars de Ouisurf. C’est important de savoir que moi, j’ne suis pas un très grand surfeur. L’histoire se passe au Péru, pendant le tournage de Inca Loca. La journée de tournage était finie alors tout le monde est sorti de l’eau parce que le soleil commençait à se coucher. Il restait encore une petite lueur de ce dernier, alors Ben m’est arrivé et m’a dit : « Hey, Sach, veux-tu aller surfer ? » Ahah. Moi, à ce moment de ma vie, j’avais surfé genre une fois. Bref, j’ai enfilé mon wetsuit, pris la planche de surf et me suis élancé toi chose dans ce qui est selon moi l’enfer ; une mer en pleine pénombre.

Vous auriez dû voir mon visage. Si on pouvait décrire la terreur par quelque chose, ça aurait sans aucun doute été mon expression faciale à ce moment. Pire encore, c’était moi le guide. Paddle vers le large toi. Puis là je n’arrête pas d’y dire « C’est quoi que je fais, c’est quoi je fais ? » Puis lui il me répond « Relax. » Mais moi, je n’étais pas capable de relaxer. « Oublie ça, je rentre à la maison ! » Il faisait noir, on ne voyait plus rien, puis dans le fond, ça ne donnait rien d’être dans l’eau à ce moment-là. Je demandais à Ben : « Est-ce que je peux prendre elle ? » En pointant chaque vague que je réussissais à voir. Il me répétait toujours, « Non l’autre. » Après 45 heures de baignade effrayée (en réalité, plus comme 10 minutes), là il m’a dit : « AWAILLES PADDLE. » Alors je me suis mis à paddler comme un débile, puis j’ai fini par prendre la vague grâce à la poussée à Ben. Et une solide vague de 0,5 pied en ligne droite, sur le ventre, pour finir ma course directe dans les roches sur le bord de l’eau. C’était génial ! La ride de surf ce n’était pas vargeux, mais le fait d’être en vie ce n’était pas pire. Bref, moi qui voulait devenir pro surfeur en cette fin d’après-midi, et bien on y repassera. Je vais rester le gars des vues, sur le bord de la beach, à la place.

Questions éclair avec Sacha Roy :

Jour ou Nuit ? Nuit, parce que si je peux regarder les étoiles en écoutant le bruit des vagues et bien je suis au paradis.

Solo ou Accompagné ? Ça dépend. Quand c’est le temps de filmer, j’aime bien être solo pour me concentrer parce que si je manque une drop et la vague de la session je me fais chicaner par le boss, mais sinon quand je ne filme pas j’aime bien être accompagné. C’est l’fun de jaser de tout et de rien à la plage. 

Sable ou Roches ? Je préfère le sable, c’est plus évident pour filmer quand il y a des déplacements à faire. Puis, c’est plus confortable quand c’est le temps de relaxer. 

Gauche ou Droite ? Droite, je suis droitier ça doit être un réflexe.

Chaud ou Froid ? Froid, c’est bon pour la circulation sanguine.

Ombre ou Soleil ? Ombre, je calcine comme un raisin sec au soleil.

Eau ou Bière ? Bière et eau de préférence. Il ne faudrait pas être déshydraté au paradis. Sinon, si je n’ai vraiment pas le choix d’en choisir qu’un je dirais bière parce que la plage c’est l’endroit propice à ce type de breuvage.

Playlist Spotify ou Sons naturels ? Son naturel. Des fois, j’écoute de la musique pour passer le temps quand il faut filmer une session de surf de 3 heures, mais je préfère vraiment les sons naturels. C’est l’fun entendre le bruit des oiseaux, le vent, l’eau.

Château de sable ou Enterré dans le sable ? Château de sable, parce que j’en faisais souvent quand j’étais plus jeune.

Faire la sieste ou Accro à l’adrénaline ? La sieste, parce que c’est rare que j’ai le temps de relaxer. Alors, quand je suis à la plage, puis qu’en plus je peux siester ho la la !

Si tu pouvais utiliser la plage afin de partager un message avec le monde, qu’est-ce que tu écrirais dans le sable ? #Surfinc
P.S. : Allez donc écouter ça, on s’est donné pendant un an pour pondre ce projet-là.

Tu as une bonne histoire de plage à raconter? Ça nous intéresse! Envoie-la à [email protected]