Les meilleures astuces pour rester « surf fit » jusqu’à votre prochain voyage

Pour le 2e chapitre de la série « Barefoot Surf Travel », Alex et Gab discutent du défi que représente la progression pour un « Inland Surfer ». C’est-à-dire, à quel point c’est difficile de s’améliorer lorsque l’on vit à l’intérieur d’un pays et non sur la côte. Afin de donner des astuces pour rester « surf fit » même lorsque l’on vit loin de l’océan, on interroge Hugo Lavictoire, l’un des pionniers du surf au Québec et fondateur de KSF.

SUP surfing at Habitat 67 main wave, Hugo Lavictoire, KSF
SUP surfing à Habitat 67, Hugo Lavictoire – KSF. Crédit photo Dany Coulombe

Par Barefoot Surf Travel

Question : Salut Hugo ! En tant que pionnier du surf au Québec, quels sont selon toi les meilleurs conseils pour rester en forme et progresser en attendant son prochain « surf trip »?

Réponse : Le surf est arrivé relativement tard dans ma vie. Commencer à 30 ans ce n’est pas si vieux que ça, mais quand tu habites Montréal c’est difficile de progresser au rythme que tu voudrais. En plus, le surf a cette particularité un peu frustrante, mais tellement équitable : il faut mettre du temps pour être bon, il faut en faire souvent et surtout il faut être en forme. Nous n’avons pas tous la chance de vivre sur le bord de la mer et surfer tous les jours alors voici mes conseils pour progresser et rester en forme jusqu’à votre prochaine session ou prochain voyage :

 

Quand la saison le permet :

– Le surf de rivière

Contrairement à faire du surf derrière un bateau, la rivière vous demande de nager pour se rendre à la vague, nager pour l’attraper et encore nager pour retourner à la rive. On le sait, le surf c’est 90% de nage surtout au début alors vous ne nagerez jamais assez. Encore mieux le surf de rivière vous permet de pratiquer les »take off », l’équilibre, les virages et même des mouvements plus avancés.

River Surfing - Mike Hitelman, Montréal, Québec
River Surfing, Montréal, Québec. Credit photo Mike Hitelman

 

– Le Stand Up Paddleboard (SUP)


Ce n’est pas le sport nautique qui a la plus grande croissance au monde pour rien. C’est une activité très complète, même lorsque pratiquée de façon modérée. Se tenir debout sur la planche sollicite tous vos muscles stabilisateurs, le SUP est bon pour le »core » et les coups de pagaie travaillent le haut du corps. Vous voulez plus de résultats ? Faites des exercices sur la planche, allez jouer dans le courant, surfez les vagues de rivière. S’entraîner n’aura jamais été aussi le fun et vous verrez des résultats dans votre façon de surfer.

SUP session à KSF, Montréal, Québec. Photo : KSF.ca
SUP session à KSF, Montréal, Québec. Photo : KSF.ca

 

En hiver :

– La natation

Allez à la piscine du coin et nagez, nagez et nagez. Encore mieux, suivez un cours. J’ai joué dans l’eau toute ma vie et fait du kayak de rivière de haut niveau, mais j’ai réalisé, des années plus tard, que je ne savais pas bien nager.

 

En tout temps :

– Le Yoga

Si j’ai commencé le surf tard dans ma vie, j’ai commencé le yoga encore plus tard. Quand tu es plus jeune, tu veux de l’adrénaline et des sensations fortes. Aujourd’hui, début quarantaine, même si j’en suis qu’à mes débuts,  je réalise que le yoga peut m’aider à gagner en flexibilité, en force et en équilibre. Ces trois choses vont inévitablement m’aider en surf en plus de prévenir les blessures.

Session de SUP Yoga à KSF, Montréal, Québec. Credit photo Isaloha Photography

En terminant, j’aimerais préciser qu’être »surf fit » ne veut pas nécessairement dire avoir les cheveux longs et des abdominaux de magazine, mais d’être en bonne forme physique et mentale pour vous permettre de passer le break, vous aider à vous surpasser et surfer en toute sécurité. Notez qu’une excellente forme physique ne remplacera jamais l’expérience alors soyez conscient de votre niveau et respectez l’étiquette.

Hugo Lavictoire est l’un des pionniers du surf au Québec. Il est le fondateur de KSF, l’école de surf, de kayak et de « Stand Up Paddle » située à Lasalle.