Stab In The Dark: Dane Reynolds à l’aveugle

On l’a regardé une fois. Deux fois. Puis même trois fois. Stab Mag a lancé vendredi dernier Stab In The Dark, une expérimentation annuelle rassemblant un pro surfeur et 13 planches de haute performance fabriquées par les meilleurs shapers de la planète. Cette année, c’est Dane Reynolds qui met au banc d’essai ces 13 shortboards, où la marque, les mensurations ou tout élément révélateur restent cachés. Un peu à la façon dont les sommeliers font des dégustations de vins à l’aveugle. Dane avait ainsi pour mission de déterminer quelle est la meilleure planche sans être soumis à l’influence du nom derrière celle-ci.

« Dane for president » 

Sans Dane Reynolds, cette expérience n’aurait probablement pas eu le même impact. Parce que ce pionnier des airs est responsable de pourquoi il se ride aujourd’hui autant de shortboards, tel que l’indique Stab Mag. Puis, bien qu’il ait quitté le tour de la WSL il y a longtemps, ce free surfer en marge de l’industrie reste fortement influent. Il demeure «l’un des surfeurs les plus honnêtes et articulés quand vient le temps de s’exprimer et donner son feedback».

« It’s hard to articulate the way that a board feels. It’s like sensations and responses and muscle memory and shit. It’s not like words in your head.» – Dane Reynolds

On se rend toute de même vite compte qu’il n’a pas de difficulté à dire ce qu’il pense: «Pretty basic. Clumsy & weird. This one sucks». C’est comme ça qu’il désigne certaines planches pourtant fabriquées par la crème de la crème des shapers. Si ses skills de free surfeur sont développés, aussi l’est son esprit critique!

Crédit photo: Greg Ewing
Crédit photo: Greg Ewing

On ne regarde plus le surf comme avant 

Le plus beau dans cette expérience, c’est qu’elle se rend jusqu’à nous: Stab In The Dark arrive à changer notre façon de visionner un film de surf. Alors qu’habituellement notre attention est portée sur les manoeuvres et l’effet «wow» des tricks, ici le focus est vraiment porté sur la relation qui se forge entre le surfer et sa planche. On se demande s’il aime ou non le board qu’il ride, s’il est stocked ou déçu, bref le genre de chose qu’habituellement on ne remarque même pas alors qu’il s’agit d’un élément central en surf.
Au bout de 10 jours, rassurez-vous, Dane fini par désigner un board gagnant… tout en se trompant sur celui qui l’a shapé. Mais hey on ne “spoilera” pas plus ça. On vous laisse découvrir ce qu’on a regardé en boucle et qui a même changé notre perception des films de surf.  

Crédit photo: Greg Ewing
Crédit photo: Greg Ewing

Par ici pour voir la vidéo de Stab In The Dark.