Chasse à l’emploi en Australie

Frappant l’imaginaire collectif, l’Australie est une destination de choix depuis des années déjà pour la sabbatique parfaite. Tout y est à redécouvrir: son peuple, sa faune, sa flore, sa culture et même son accent incompréhensible. Quoi de mieux que de s’y envoler quelques temps pour découvrir pourquoi les villes australiennes couronnent les classements mondiaux des endroits où il fait le mieux vivre depuis plusieurs années?

Mais est-il aussi facile qu’on le prétend d’y trouver le bonheur et d’y vivre en tant que visiteur temporaire? Toutes ces présomptions sont-elles fondés? Si des millions de touristes font de cet état insulaire leur destination voyage longue durée numéro un, il y a de fortes chances que la vie en Australie ne soit pas si pénible après tout. Là où tout le monde est d’accord par contre, c’est que pour y vivre, il faut casser son petit cochon… et plus qu’une fois disons! Alors que l’Amérique du sud et l’Asie sont des destinations plutôt abordables, l’Australie a un coût de la vie beaucoup plus élevé. Juste pour te donner une idée, mon 2 ½ me coûte 600$ par semaine… et on est trois à y vivre! Voici donc quelques conseils afin d’arriver outillé pour décrocher l’emploi de tes rêves down under.  

Photo couverture: Byron Bay – par Sophie Lachance 

Tamarama, près de Sydney, là où atterrissent de nombreux backpackers à la recherche d’emploi. Crédit photo: Sophie Lachance

Working Holiday Visa ou WHV pour les intimes

Avant d’aller plus loin dans ta lecture, assure toi surtout d’avoir un passeport valide et ce jusqu’à 6 mois après la date de retour prévue. Si ce n’est pas le cas, clique ici pour présenter ta demande de renouvellement (entre 10 et 20 jours ouvrables pour le traitement des demandes).

Passeport valide en main, tu es maintenant éligible à l’application au Visa. À vrai dire, tout le monde qui souhaite voyager en Australie aura besoin d’un visa que ce soit pour une durée de plusieurs mois ou même pour quelques jours. Tu peux trouver toutes les informations nécessaires et facilement te le procurer sur le site des douanes australiennes.

Crédit photo: Sophie Lachance

La plupart des backpackers qui quittent le Québec pour l’Australie optent pour un Working Holiday Visa (WHV). C’est la solution idéale si tu as entre 18 et 30 ans et que tu souhaites pouvoir travailler pour financer ton voyage (et honnêtement, pour le prix, ça vaut vraiment la peine)! Pour les prévoyants, la demande peut être fait jusqu’à un an avant ton départ. Pour ceux qui sont plus du style dernière minute, soyez rassuré: normalement, quelques jours suffiront avant de recevoir le visa par email (le mien a pris un peu moins de 24 heures à être accepté).

Le WHV est valide pour un an mais peut facilement être renouvelé pour une deuxième année si tu as le courage nécessaire pour faire tes 88 jours de «Farm Work». La seule restriction qui s’applique à ce visa est cette clause qui empêche de travailler plus de 6 mois pour un même employeur. Une bonne raison de changer d’air et considérer un autre coin du pays pour un deuxième emploi!

Des certificats et encore des certificats

Déjà deux ans d’expérience comme barman et une folle envie de travailler au Naked in the Sky à Melbourne? Très bon plan! But wait, c’est pas «aussi» facile. À vrai dire, une différence majeure entre le Canada et l’Australie est cette obsession maladive pour les certificats et diplômes. Tu veux servir de l’alcool? Diplôme. Tu veux devenir barista? Diplôme. Tu veux préparer des cocktails? Diplôme. Tu veux conduire un vélo? Non, pas besoin de diplôme pour ça, juste besoin d’un casque et de deux lumières! Alors assure toi d’avoir tous les certificats et diplômes requis (infos sur le RSA ici ) dans ta ville avant de commencer à travailler. À noter que les certificats ne sont valides que dans la province où ils ont été obtenus. Par exemple, obtenir ton RSA dans l’état du Queensland te permettra de travailler seulement dans cette partie de l’Australie, sans quoi tu devras refaire ta certification pour travailler sur territoire.  

Le Queen Victoria Market est un lieu fort fréquenté à Melbourne. Crédit photo: William Brouillard Roy

Les derniers milles

Petit conseil: dès que tu auras trouver un appartement et que tu auras une adresse postale plus ou moins stable (dès que tu es stable au moins pour 2-3 semaines), n’oublie pas d’appliquer pour le Taxe File Number (non, partir à l’étranger ne te sauveras pas des impôts… malheureusement). Aussi, penses à t’ouvrir un compte bancaire pour y faire déposer tes premiers chèques de paie! Fais le tout le plus rapidement possible puisque le TFN peut mettre jusqu’à trois semaines avant d’être délivré par les autorités gouvernementales et que ta carte débit, selon ton institution financière, pourrait prendre jusqu’à 1 semaine avant de t’être remise.

Réseautage 101

Il ne reste maintenant qu’à déposer ta candidature auprès des entreprises qui t’intéresse. N’oublie pas que plus un spot est achalandé, tel que Darling Harbour ou le Financial District à Sydney, plus il risque d’y receler d’offres d’emplois mais aussi de backpackers prêts à appliquer, d’où l’importance de se démarquer. Si tu as des contacts, c’est maintenant le temps de les appeler! Tu pourrais être surpris comme le P.R. peut te sauver la vie à ce moment de ta recherche, puisqu’une étude menée par TheLadders démontre que la moitié des emplois ne sont pas affichés. Un ami rencontré en Europe, l’ancien collègue d’une ancienne collègue, la cliente d’une amie qui avait déjà fait le même trip? Toutes les raisons sont bonnes pour les appeler et leur demander du boulot. Ils seront plus souvent qu’autrement les personnes les mieux placées pour t’aider.

Donne leur rendez-vous dans un café et apporte ton CV (tu peux l’imprimer en couleur pour quelques dollars au OfficeWorks, l’équivalent de notre Bureau en Gros) que tu auras préalablement «Aussief-isé». Ils adorent les détails et comme ma grand-mère dirait, mets en, c’est pas de l’onguent! Tes hobbies, une description de toi, tes tâches exactes (et moins exactes si tu vois ce que je veux dire) dans tes anciens emplois. Bref, tout ce que tu penses être nécessaire.

Les sites de recherche d’emploi

Comme au Québec, l’Australie offre un nombre incalculable de sites de recherche d’emploi qui sont quotidiennement mis à jour: scoutjobs.com.au, seek.com.au, backpackerjobboard.com.au, gumtree.au etc. Sache d’ailleurs qu’ici, appliquer en ligne est parfois préférable à la traditionnelle application en personne mais n’hésite surtout pas à aller rencontrer les responsables si tu sens qu’une rencontre faciliterait l’embauche. Un face à face est toujours gagnant!

Crédit photo: William Brouillard Roy

Voilà, tu as maintenant davantage d’outils pour réussir ta quête d’emploi. Souviens-toi que plus vite tu trouves ta job, plus vite tu auras l’argent pour profiter des surfs spots de rêve qui abondent sur les côtes mythiques australiennes. Surtout, ne te décourage pas: un mois s’est déjà écoulé pour moi et je n’ai toujours pas trouvé la perle rare. Comme l’aurait conclu ce cher Mark Twain:

«Twenty years from now you will be more disappointed by the things you didn’t do than by the ones you did do».

Alors vas y, mets le cap plein sud, les kangourous t’attendent impatiemment!