Histoires de plage 3 : Profite de la plage et prends-en soins avec Lilly Woodbury

La série Histoires de plage est une collaboration entre Reef Canada et OuiSurf. Nous avons décidé d’investiguer afin de découvrir comment les gens, partout, font de la plage. Notre mission? T’encourager à profiter au maximum du plaisir et de la liberté qu’elle procure, à ta façon. Dans les prochains mois, nous te partagerons ici les histoires de plage les plus inspirantes que nous aurons trouvées. Après Benjamin Rochette, voici l’histoire de Lilly Woodbury, responsable du chapitre Pacific Rim à la Fondation Surfrider.

Histoires de plage avec Lilly Woodbury

Nom: Lilly Woodbury
Ville: Tofino, BC
Occupation: Responsable du chapitre Pacific Rim à la Fondation Surfrider

Qu’est-ce que l’expression « Beach Freely » veut dire pour toi?
Pour moi, et pour l’organisation pour laquelle je travaille, Surfrider Pacific Rim, « Beach Freely » veut dire de profiter de l’océan, des plages et des vagues! Ça veut dire qu’il faut les protéger, dans le moment, pour s’assurer que les futures générations pourront elles aussi apprécier tout ce que les côtes du monde ont à offrir.

Quelle est ta plage préférée? 
J’en ai tellement ! Allons-y avec Chesterman Beach à Tofino. C’est où mes plus vieux souvenirs ont pris place, et où je continue à créer des moments incroyables, des nettoyages de plages aux séances de surf!

Quelle est ton activité favorite quand tu es à la plage?
Malgré le fait que j’aime plusieurs types d’activités de plage, le surf reste celle que je préfère!

Lilly Woodbury Surfrider Foundation Tofino Surf
Photo: Bryanna Bradley

Quel est le plus long « road trip » que tu as fait pour te rendre à la plage?
Je suis chanceuse de pouvoir dire que j’ai toujours habité à distance de marche de la plage! Par contre, l’hiver dernier, quand j’ai habité en Nouvelle-Zélande, j’ai fait du pouce pendant 4 heures pour me rendre à une plage et un spot de surf stupéfiant, nommé Piha. C’était une merveilleuse aventure!

Partage-nous ton histoire de plage la plus folle.
Avec Surfrider, on organise souvent des nettoyages de plages, locales et éloignées. En 2017, nous avons passé 44 jours à nettoyer la côte ouest-canadienne. Lors d’un séjour de camping de 3 jours, dans un coin retiré sur l’ile Vargas, nous avons décidé de nous attaquer à la plage Medallion, qui était complètement envahie de débris marins. Des bouteilles d’eau s’étaient ramassées 15 pieds plus haut dans la forêt, des bouées s’étaient cousues dans le sol à travers la mousse et la verdure, sans oublier des pièces de styromousse qui semblaient être là depuis une éternité. Quand tu es témoin d’une telle chose, tu réalises que ce que l’on fait dans notre vie de tous les jours et ce que l’on consomme à un impact drastique sur la planète.

« Sur le chemin de retour, un peu avant le coucher du soleil, des baleines à bosse sont apparues dans la baie. »

Nous avons quitté la plage pour retourner à notre camp de base en soupirant. Nous avions collecté dix sacs de débris d’une tonne chacun, et nous devions y retourner, car il en restait encore. Sur le chemin de retour, un peu avant le coucher du soleil, des baleines à bosse sont apparues dans la baie. Nous avons tous pensé: « Elles sont venues nous remercier pour ce que l’on vient de faire. » Mes yeux se sont remplis d’eau, car cela me rappelait la raison pour laquelle je fais ce travail. Afin de protéger la belle et complexe toile de la vie, avec l’espoir d’avoir de l’eau propre et des plages en santé au niveau global, et de s’assurer que les gens de partout puissent profiter de la magnificence de notre planète, maintenant et longtemps. Je vais toujours me rappeler de cette journée!

Comment est-ce que l’esprit de la plage influence ton état d’âme, même après l’avoir quittée?
La plage est un endroit qui me remplit d’une immense joie de vivre, et c’est ce sentiment exact que je cherche à garder avec moi, peu importe où je me trouve. Tout ce que l’on fait a un impact sur nos plages, nos océans, et tout autre type d’environnement de notre planète. Les plages sont des écosystèmes particulièrement vulnérables puisqu’elles sont menacées par la pollution plastique, la litière, les déversements, le surdéveloppement et les marées envahissantes, dû à l’élévation du niveau de la mer. Du moment où l’on se réveille jusqu’au moment où l’on se couche, il est impératif pour nous de penser à nos plages et à l’environnement en général, puisque nos actions et notre attitude ont un incroyable pouvoir de préservation, de protection et de restauration.

Questions éclair à Lilly Woodbury

Jour ou nuit? Habituellement, je dirais la nuit, mais quand je pense à la plage, je dois dire le jour. Il n’y a rien de mieux que d’être dans l’eau et d’avoir les rayons du soleil sur le visage!

Seule ou accompagnée? Seule. Je perçois la plage et l’océan comme des endroits où je peux complètement décompresser et trouver de la clarté.

Sable ou roches? À Tofino, nous avons une côte très rocheuse. Ces roches sont antiques, elles doivent avoir plus de 10 000 ans. Quand je m’asseois en leur présence, je me sens comme si j’étais entouré de vieux sages, qui ont vu et qui connaissent plus que je ne pourrai jamais même comprendre.

Gauche ou droite? Je vais à gauche, car je suis goofy. 😉

Chaud ou froid? Chaud, parce que je peux passer plus de temps dans l’eau à me rafraichir !

Ombre ou soleil? Mon instinct me dit les deux ! J’adore le soleil, mais j’aime aussi les journées nuageuses. Les jours plus sombres font parti de la vie en forêt tropicale.

Eau ou bière? L’eau! Sans eau, on ne peut pas avoir de bière. Sans eau, on ne serait pas ici. Tout débute avec de l’eau saine!

Playlist Spotify ou son naturel? Playlist! J’adore écouter de la bonne musique quand je suis dehors en nature. Les fois où je suis le plus inspirée sont quand je suis à vélo et que j’écoute des bonnes playlists.

Château de sable ou enterrée dans le sable? La première chose qui me vient en tête en lisant ceci sont les paroles de la chanson de Jimi Hendrix « Castles Made of Sand », « And so castles made of sand melt into the sea eventually ». Ça veut dire quelque chose de totalement différent, mais au moment où l’on se parle, ça me rappelle que tout va éventuellement retourner à nos océans, à notre terre, à leur emplacement d’origine.

Faire la sieste ou accro à l’adrénaline? Accro de l’adrénaline! La vie est courte. Vis ta vie maintenant et fais la sieste plus tard!

Si tu pouvais utiliser la plage afin de partager un message avec le monde, qu’écrirais-tu dans le sable?
« Profite de la plage et prends-en soins ». Maintenant plus que jamais, nos océans, nos plages et nos vagues ont besoin de nous. C’est notre responsabilité de se joindre au mouvement pour protéger et restaurer notre précieux environnement. Jetez un coup d’œil au site web de la Fondation Surfrider pour découvrir comment vous pouvez vous impliquer!

Tu as une bonne histoire de plage à raconter? Ça nous intéresse! Envoie-la par courriel à [email protected]

reef beach freely