Hoola One: une balayeuse pour lutter contre la pollution de microplastique sur les plages

Ce n’est plus un secret pour personne, la Terre est submergée par la pollution plastique. En à peine 60 ans, le plastique a non seulement envahi notre quotidien, mais aussi les écosystèmes et les réserves d’eau potable. Et si la tendance se maintient, les experts estiment qu’il y aura plus de plastique que de poisson dans les océans en 2050. C’est devant ces constats alarmants qu’un groupe d’étudiants en génie mécanique s’est donné comme mission de débarrasser les plages du microplastique.

Photos: Antoine Proulx

L’ingénierie au service de l’environnement

Ce que je veux, c’est mettre l’ingénierie au service de l’environnement. Je veux pouvoir faire une différence. C’est une priorité en 2019, et je suis heureux de faire ma part.  – Jean-Félix Tremblay de Hoola One

Ce qui devait être le projet de fin de bac de 12 étudiants en ingénierie de l’Université de Sherbrooke s’est transformé en une véritable croisade contre le microplastique. Mais pas n’importe lequel: celui qui se mélange sournoisement au sable des plages, devenant ainsi presque impossible à nettoyer à la main. Le groupe a vu l’opportunité de faire une réelle différence en s’attaquant à ce problème pour lequel il n’existait jusqu’à présent aucune solution technologique.

« Sur les plages, il n’y a pas de technologie qui permet de récolter le micro-plastique. On a donc décidé d’inventer une machine pour le faire. » – Jean-Félix Tremblay

La machine Hoola One

La machine Hoola One permet donc de retirer les fines particules de plastique du sable, chose que l’être humain ne peut pas faire à la main. Parce que ce qui fait du plastique un matériau si prisé, c’est sa durabilité. Il est pratiquement invincible. Tellement qu’il ne se décompose presque jamais. Il se fracture plutôt en mille morceaux, qui vont se fondre dans l’environnement. Les particules sont par la suite avalées par les animaux, par les poissons et même par les humains quand ils boivent de l’eau du robinet.

Machine pour nettoyer les plages Hoola One

Avec son embout aspirateur et sa pompe submersible, la machine agit comme une balayeuse sur la plage. Grâce à son système de filtration par densité, le plastique récolté flotte à la surface de l’eau dans le réservoir. Cela lui permet de rejeter les matières naturelles dans l’environnement pour ne garder que les particules de plastique, dont certaines peuvent être aussi petites qu’un grain de sable.

En mission sur la Plastic Beach à Hawaii

Une telle invention ne pouvait pas rester dans une salle de classe bien longtemps. Les étudiants ont approché la communauté de la plage de Kamilo à Hawaii, reconnue pour être l’un des endroits les plus pollués au monde, pour offrir leur aide. Si Hoola One réussissait à nettoyer cette plage, aussi surnommée Plastic Beach en raison de son état désastreux, elle pourrait toutes les nettoyer.

Depuis plusieurs années, les déchets de plastique qui aboutissent sur la plage de Kamilo se brisent en des particules de plus en plus fines. Ainsi, plus le temps passe, plus les particules sont difficiles à recueillir. Par conséquent, on ramasse les particules les plus grosses en premier. Cependant, c’est les plus petites particules, qui restent sur la plage, qui sont les plus dommageables pour notre environnement. En effet, les animaux les confondent avec des insectes ou d’autres organismes vivants et les ingèrent. Le plastique entre donc dans leur système digestif et les empoisonne.

Grâce à une collecte de fonds menée par l’organisme Hawaii Wildlife Fund, la machine a pu être envoyée à la communauté de Kamilo à Hawaii. Des membres de l’équipe Hoola One se sont aussi envolés vers Hawaii pour aller mettre la machine en marche et s’assurer que tout fonctionne bien. Malgré quelques difficultés au départ, les étudiants sont repartis satisfaits après deux semaines de test… sans la machine, qui a été donnée à l’organisme pour qu’elle puisse continuer le travail.


« Quand on a approché Bill Gilmartin de l’organisme Hawaii Wildlife Fund avec notre idée de lui envoyer la machine pour l’aider à nettoyer les plages, il a dit : «These guys are as crazy as I am!». On lui a montré que notre invention fonctionnait, et en deux semaines, il a levé 15 000$US pour payer les frais d’envoi.»


Hoola One
L’équipe Hoola One | Antoine Proulx

Un projet scolaire qui devient une entreprise

Maintenant que le premier prototype a été testé à Hawaii, certains membres de l’équipe initiale ont décidé de commercialiser leur nouvelle invention. Ils travaillent actuellement à la conception d’une machine optimisée qui devrait voir le jour d’ici juillet 2020. Il est toutefois encore trop tôt pour dire de quelle façon les nouveaux ingénieurs s’y prendront.

Mais même s’ils se réjouissent du succès d’Hoola One, l’équipe demeure réaliste : l’idéal serait quand même que la problématique pour laquelle la machine a été inventée n’existe tout simplement pas. Ils invitent donc le public à réduire sa consommation de plastique à usage unique et à prendre des mesures concrètes pour combattre la pollution au quotidien. Besoins d’idées ? En voici quelques-unes :

  • Troque les pailles en plastique pour des pailles réutilisables
  • Dis non aux sacs de plastique
  • Traine ta tasse à café réutilisable, tes ustensiles et tes contenants pour les take-outs
  • Fais ton épicerie en vrac
  • Arrête d’acheter de l’eau en bouteille

 

Sources : Hoola OneONU Environnement