Comment fonctionne la Wave Pool de Kelly Slater?

En décembre 2015, la planète entière réagissait à la sortie de la première vidéo de la vague artificielle créée par la Kelly Slater Wave Company. À peine trois ans plus tard, la World Surf League s’apprête à y tenir une épreuve officielle du Championship Tour. La fameuse Wave Pool de Kelly Slater est définitivement en train de changer le visage du sport. 

Débuté il y a plus de dix ans, ce projet avait pour défi de créer une vague comparable à celles trouvées dans la nature. C’est entravaillant de pair avec une équipe de scientifiques et d’ingénieurs spécialisés dans la dynamique des fluides et des mouvements de l’eau que la compagnie a enfin pu développer une approche scientifique unique en son genre. Un mécanisme similaire à celui d’une aile d’avion, appelé hydroptère. Lors de son déplacement dans l’eau, celle-ci génère une houle semblable à celle retrouvée en mer. En combinant ce mouvement avec une formule scientifique brevetée, l’équipe en est venue à créer exactement la vague qu’elle avait imaginée, avec des sections de tubes et des faces qui permettent les manoeuvres techniques. La taille des vagues peut également être adaptée au niveau des surfeurs (débutant, intermédiaire, expert). Tout ça dans une piscine qui fait 700 mètres de long par 150 de large!

Kelly4

 

 

« Voir un projet sur lequel vous avez travaillé pendant tant d’années devenir réel devant vos yeux est vraiment un sentiment difficile à décrire. » – Kelly Slater

Contrairement aux vagues naturelles, une quantité phénoménale d’énergie est nécessaire pour arriver à faire fonctionner un tel mécanisme. Dans l’optique de respecter l’environnement, Kelly a souhaité que l’énergie exigée pour le fonctionnement de cette vague provienne entièrement de l’énergie solaire. En plus de devenir une leader dans la création de vagues artificielles, la compagnie espère aussi devenir un acteur important dans le développement de cette énergie.

Kelly2

Depuis le début, les puristes ont soulevé la crainte que les vagues artificielles dénaturent la culture du surf. De son côté, Kelly maintient cette avancée technologique n’est pas censée remplacer quoi que ce soit. Elle n’est qu’un supplément pour la pratique du surf dans l’océan, voire même une aide pour permettre au sport de grandir. Une chose est certaine, les piscines à vagues sont là pour rester.

La première édition du Surf Ranch Pro s’y tiendra du 6 au 9 septembre 2018. Elle comprendra des épreuves féminines et masculines, ainsi qu’une démonstration de longboard. Tous les détails sur le site de la World Surf League.