Les vagues artificielles : Perfection ou vice?

Rien à voir avec les piscines à vagues intérieures que l’on connaît, la technologie brevetée des Wavegardens a été développé pour offrir des vagues artificielles extérieures pouvant s’amplifier jusqu’à 8 pieds. Fondé en 2005, au Pays basque par l’ingénieur Josema Odriozola et l’économiste sportive Karin Frisch, le concept a pris racine de leur amour pour le surf. À l’image d’un skate park, ouvert à la communauté, les entrepreneurs souhaitaient rendre accessible la pratique du surf à ceux qui notamment, n’ont pas accès à un littoral gorgé de vagues. Comme le sport attire de 2 à 3 millions de participants supplémentaires par année, soit une croissance exponentielle de 12% et que parallèlement, les spots de surf à proximité de la civilisation se veulent de plus en plus saturés, l’idée n’est pas mauvaise! Toutefois, pas besoin de vous dire que cette innovation fait jaser les puristes.

La création de vagues par l’homme amène certains changements dans la pratique et la culture du surf, au même titre que l’apparition des robots soulève des questions éthiques pour ses créateurs. Est-ce une contradiction ou une simple évolution répondant tout simplement à la demande grandissante? D’une part, la création d’un point d’eau sécuritaire et l’effet de répétition est idéale pour apprendre et s’entraîner, mais d’autre part, l’irrégularité et l’imperfection font partie du processus naturel d’apprentissage, habituellement. Les règles du jeu risquent de changer pour le meilleur et pour le pire. Curieux de nature, nous avons visité la seule Wavegarden en terre américaine ouverte au public : NLand, au Texas, pour se faire notre propre opinion et surfer une trentaine de vagues en une heure. Why not?!

Comment ça marche?

Il existe deux types d’installations : le Lagon et le Cove. Pour l’instant, 2 installations de type lagon existent, soit au Royaume-Uni et au Texas, puis une installation mixte existe au siège social à titre de laboratoire. La technologie du lagon, comme celle utilisée pour le NLand, est la méthode la plus efficace pour créer de parfaites, longues et puissantes vagues allant aux genoux jusqu’au-dessus de la tête (head high) qui peuvent dérouler pendant 35 secondes. La houle est créée sur toute la longueur du bassin à l’aide d’une aile profilée au niveau du sol (technologie hydrodynamique), propulsée par un câble caché sous le « pier ». Cette houle interagit avec les zones peu profondes du fond du lagon pour produire une série de vagues parfaites, qui déroulent à gauche et à droite dans les différentes zones, de chaque côté du pier (Reefs), le long du rivage (Insides) et à la fin du lagon (Bays). Le générateur de vagues s’arrête à chaque extrémité du plan d’eau, les vagues se transforment alors dans la baie en plus petites vagues idéales pour apprendre. Une fois que le cycle de la vague est terminé, le système se retourne et crée une autre série de vagues qui se brisent dans la direction opposée jusque dans l’autre baie. Il est donc possible de terminer une vague puis de revenir au “peak” avec une autre vague!

TEXAKOOKS_WAVEPOOL_01_2017

Le système contrôle des éléments tels que la pression hydraulique, la vitesse, les forces, les voltages, les courants, la température de l’eau, l’humidité et même la direction du vent. Le contrôle est tellement à point, que même les rives n’offrent pas de remous. Les rives sont formées d’une grille de couleur sable qui permet d’éliminer les courants après qu’une vague soit passée. Ce qui laisse une chance au débutant, mais d’autant plus, permet d’éviter le gaspillage d’eau par débordement. Le retour à l’état calme aussi vite que possible est impératif pour augmenter la fréquence des vagues, sachant que les turbulences affectent négativement la qualité des vagues suivantes.

TEXAKOOKS_WAVEPOOL_02_2017

Le Wavegarden Cove quant à lui, est capable de délivrer jusqu’à mille vagues par heure. Les courants circulent continuellement avec le déroulement des vagues. Cette technologie modulaire réplique le mouvement exact des vagues de fond. Il n’y a pas de seconde vague pouvant négativement affecter la qualité des vagues suivantes. Ces vagues ressemblent davantage à celles de l’océan et possèdent une empreinte de l’espace extrêmement faible. Il est possible d’ajuster la taille, la forme, la puissance et la fréquence des vagues en un seul clic, passant de molles et petites vagues à de plus puissantes vagues tubulaires allant jusqu’à 2,4m. De manière générale, 2 vagues toutes les 8 secondes sont planifiées.

L’unique Wavegarden de type Cove se trouve au Pays basque, mais n’est pas ouverte au grand public. Elle subit présentement une séries de test, notamment en vue d’atteindre un standard qui pourrait être celui des prochains Jeux olympiques! 8 des 47 équipes nationales seraient venus la tester. Les commentaires sont particulièrement positifs de la part des athlètes et des coachs qui voient le potentiel de la technologie pour l’entraînement de la relève et un avenir prometteur pour le sport au sein des Jeux olympiques.

Empreinte énergétique

Les Wavegarden peuvent fonctionner avec de l’eau douce et de l’eau salée. Les sources d’eau possibles incluent rivières, lacs, barrages, eaux souterraines et municipales. Par exemple, même en conditions précaires de sécheresse, le NLand au Texas fait rouler ces 16 millions de gallons d’eau au deux minutes avec l’eau des pluies récupérée, bio filtrée à l’aide d’algues et de poissons puis auto entretenue. L’énergie créée dans le processus de génération de vagues est également récupérée.

Bien que la technologie soit conçue en tenant compte de son empreinte écologique, les Wavegardens demeurent un concept pour attirer la masse. Et, qui dit masse, dit espace pour la nourrir, stationnement, boutique, donc consommation. Si les 75 000 visiteurs par année attendus se pointe réellement le bout du nez, l’empreinte sera imminente. Pour répondre à cette inquiétude, le NLand a entrepris des efforts de conservation autour de son parc. Par exemple, des plantes natives et indigènes ont été réintégrées dans l’espace, des produits des fermes locales et ranchs près d’Austin, sont utilisées pour les cuisines de leur restaurant. Idéalement, le site prendrait exemple sur le système de vague artificiel de Kelly Slater, similaire à la technologie de Wavegarden, en utilisant 100% d’énergie solaire renouvelable. Un fonctionnement qui pourrait se dévoiler être une alternative plus durable.

Des entrepreneurs québécois intéressés à développer un parc de surf? Paraitrait-il que l’impact économique généré par un Wavegarden est estimé à un minimum de 3 millions de dollars par année. Just say it! Si la vague artificielle de NLand a passé le test en termes de “stoked factor” pour l’équipe de Ouisurf, elle saurait certainement nourrir la flamme d’un bon nombre de surfeurs urbains qui ne vivent pas près d’un littoral surfable et qui sait, servir à notre équipe d’athlètes canadiennes de surf. Encore faut-il assumer la pratique du surf en milieu artificiel de même que son déploiement énergétique. Au rythme que la technologie évolue, une Wavegarden éco-responsable serait facilement envisageable dans le future, tout comme celle du master de l’environnement Kelly Slater. À suivre!


TexaKooks Épisode 1